Hangar agricole : quelles sont les règles à connaître ?

Hangar agricole

Abriter les troupeaux, stocker les récoltes ou garder les machines au sec, l’utilité d’un hangar agricole se passe de commentaire. Ce type de bâtiment est indispensable dans le monde rural. Sa construction est soumise à quelques règles de base. Découvrez-en davantage à travers ces quelques lignes.

Construire des bâtiments agricoles sans architecte

Les hangars agricoles ont souvent d’importantes surfaces. Ces bâtiments ont toujours requis l’intervention d’un architecte. Cependant, les réglementations se sont récemment assouplies au grand soulagement des exploitants fermiers. En effet, la construction d’un abri de moins de 800 m2 ne nécessite plus l’aval d’un cabinet d’architecture. Cette nouvelle législation entre en vigueur depuis le courant de l’année 2019. Ce qui constitue un changement au niveau des règles d’urbanisme conformément à l’article L431-3. Ce changement concerne autant les exploitants individuels que les regroupements tels que les coopératives. Le but de cet allègement serait d’encourager les professionnels à mettre en place des structures qui pourraient les aider dans leur métier. Il s’agit aussi d’une mesure prônant l’égalité des chances entre les différents concurrents dans le secteur primaire.

Il faut un permis de construire pour tout bâtiment agricole

Bien qu’exempté des services d’un cabinet d’architecture, un bâtiment agricole requiert toujours un permis de construire. Le code rural et les règles d’urbanisme restent en vigueur. Les exploitants qui souhaitent disposer d’un abri devraient alors demander une autorisation auprès de la municipalité. La commune a besoin de voir des plans détaillés pour donner son aval. Il faudra préciser la surface couverte, la hauteur sous plafond ainsi que d’autres éléments techniques. La distance du bâtiment par rapport au voisinage est également à faire paraître dans la demande à remettre aux fonctionnaires. Quelques exceptions existent. Les constructions de moins de 20 min 2 s peuvent être réalisées sans aucune autorisation spécifique émanant de la municipalité. Une simple déclaration au préalable peut suffire si la superficie est inférieure à 100 m2 avec un affouillement de moins de 2 m. Il faut un permis en cas d’important exhaussement. Il s’agit des travaux de remblayage ou d’aménagement du sol.

Respecter les règles de base pour la construction du hangar

L’assouplissement des règles en matière de construction de hangar agricole n’exclut pas le respect des principes de base. Il faut mettre en place une ossature solide, de préférence en métal. L’acier galvanisé est recommandé, mais il est également possible d’utiliser du bois dur. Ce matériau nécessite de nombreux traitements pour supporter le poids de la structure, mais surtout pour faire face aux éléments. Bien qu’esthétique, il coûte beaucoup plus cher que le métal. En ce qui concerne le bardage, aucune réglementation n’oblige à recouvrir les murs. En d’autres termes, le hangar peut être totalement ouvert. Il revient à l’exploitant de réaliser l’aménagement qu’il lui faut. Dans certains cas, il suffit d’avoir un petit enclos fermé pour mettre certains outils à l’abri. Pour le toit, de nombreuses solutions sont envisageables. Les bacs acier et les tôles en zinc sont les plus utilisés. Cela n’exclut pas pour autant le recours au fibrociment ou éventuellement au bois.