4 manières de faire le terrassement d’un terrain en pente

Travaux de terrassement

Il existe de multiples façons de rectifier un terrain en pente pour le rendre constructible. Les méthodes varient selon la nature du sol, mais également le type de projet. Retrouvez ci-après les principales options disponibles.

1. Accompagner la pente grâce à un terrassement en cascade

La méthode la plus courante pour une construction en pente consiste à accompagner cette déclinaison. Cette option est possible si l’angle est assez faible. Il faudra alors faire un terrassement de manière à avoir plusieurs plateaux constructibles. Ces différents niveaux peuvent être reliés par une série d’escaliers ou une chaussée serpentaire. Souvent, le bâtiment peut être accessible sur deux côtés. Cette approche ingénieuse a peu d’impact sur l’environnement puisque la transformation du sol s’harmonise avec l’ancienne inclinaison. Cela dit, la circulation entre les paliers peut demander de précieux mètres carrés, surtout s’il faut construire une voie pour automobile. Pouvant devenir un défi architectural, la propriété peut comprendre plusieurs semi-niveaux.

2. Surélever le sol avec un porte-à-faux

La surélévation du sol reste l’une des solutions les plus faciles en matière de construction sur pente. Cette approche consiste à rehausser la partie basse du terrain grâce à des pilotis. Le nouveau projet est alors basé sur un porte-à-faux. Ce type d’aménagement requiert parfois la mise en place d’une batterie en moellons. De solides piliers en béton armé et éventuellement des piquets profondément ancrés peuvent aussi être indispensables. Puis, il faut une certaine quantité de terre pour combler le vide. Bien que laborieuse, cette technique offre l’avantage de la stabilité. En effet, le terrain naturel n’est pratiquement pas touché. Il sert seulement d’appui pour un remblayage.

3. Encastrer une partie de la construction dans le terrain

L’encastrement est envisageable si le remblayage et la construction en cascade ne peuvent pas être réalisés. Cette option consiste à enterrer partiellement le bâtiment dans le sol. Elle offre divers avantages, dont le respect de l’environnement initial. Le projet reste discret. Il a aussi les fondations solidement ancrées. Cette méthode est recommandée pour les constructions en hautes montagnes. Ils sont alors à l’abri des coups de vent. Par contre, des soucis d’éclairage peuvent apparaître. Il faudra réaliser d’importants travaux de déblai. Plus rarement, le remblayage intensif devient inévitable. Par ailleurs, l’accessibilité demeure un autre dilemme à résoudre pour un projet à moitié encastré.

4. Aplanir complètement le sol en déplaçant d’importantes quantités de terre

S’il faut construire sur un sol avec deux pentes, la meilleure solution consiste à l’aplanir complètement. C’est l’option recommandée pour bâtir au sommet d’une colline ou une montagne. Cet aménagement transforme profondément l’environnement, mais le résultat est souvent spectaculaire. Le panorama devient le point fort de la propriété. Quoi qu’il en soit, l’accessibilité est optimale puisque plusieurs voies peuvent être envisagées. Ce qui pose en même temps un souci de vis-à-vis et de sécurité. Tout ce qui se passe dans le domaine surélevé peut s’observer de loin. Il faut alors trouver un moyen de se protéger des regards indiscrets en occultant les portes et fenêtres. L’ajout d’arbres à ce nouvel environnement peut aussi être bénéfique.